Cook Island

Chapitre 2 : Le paradis sur terre

8 minute read
Thanks for the support !

Les jours s’enchaînent, mais ne se ressemblent pas sur Rarotonga. Chaque jour, j’essaye d’explorer un endroit différent, une nouvelle plage et surtout je prends mon temps. La plupart des habitants sont croyants et plusieurs églises sont disséminées un peu partout sur l’ile. Au total, il y en a 18, très souvent fréquentées. On y prie, chante et on s’y rend avec des chapeaux blancs. Un détail assez surprenant également, c’est le nombre de tombes que l’on peut trouver dans les jardins. « Comment est-ce possible d’enterrer ses proches dans son propre jardin ? », pensais-je. « C’est un peu glauque… »

Une tombe juste à côté d’une maison ? Pas une exception

Après avoir discuté avec plusieurs habitants, l’un d’eux me résume bien la situation. La terre est très précieuse pour les habitants des îles Cook. Ils possèdent leurs propres terres et ces dernières sont transmises de génération en génération C’est pour ça qu’ils enterrent leurs morts dans leur jardin. Ils sont sûrs que les défunts resteront à la même place, pas de concession funéraire à payer car la terre est leur. En cherchant un peu plus, « Burial vaults are located in the front yards of houses. Usually, the woman who built the house is buried there. Women’s coffins are sealed in these concrete structures because it is considered disrespectful to cover their bodies in dirt after death. Graves are only cared for by friends or family of the deceased. When no survivors remain, the tops of the burial vaults are removed and the land is plowed over. »

Une association de musiciens fortement acclamé

Aujourd’hui, par contre, est une journée un peu spéciale. C’est le « Te Maeva Nui » Festival. Il est décrit comme un « week-long national culture and dance event held each year to celebrate the August 4th birthday of the Cook Islands as an independent nation. It is the cultural highlight of the Cook Islands year. » Au menu des chars, des danses, des discours et du spectacle. « Te Maeva Nui », c’est la parfaite occasion pour en apprendre encore plus sur cette culture intrigante. Ce qui ne change pas, c’est le côté relax et détendu des habitants. La parade aura finalement commencé avec plus d’une heure de retard. L’organisation est désastreuse, mais tout le monde a l’air de s’en foutre et s’amuse. Les danseurs s’en donnent à cœur joie, d’autres s’époumonent en chantant, les rires éclatent dans les airs, nul doute, la fête bât son plein.

Un char pour promouvoir la lecture… avec des gosse et leurs tablettes

Chaque char possède une revendication comme favoriser la lecture, promouvoir des clubs sportifs, de musique ou encore de danse, faire connaître des fermes organiques et même… des marques qui font leur pub (comme ici avec Panasonic) !

Des marques en profitent pour faire leur promo

L’humeur est à la légèreté et à la bonne ambiance. Il ne me reste plus qu’un jour complet sur les îles Cook. Demain, je décolle au petit matin vers Aitutaki, l’une des îles de l’archipel, située à 225 kilomètres de Rarotonga. Un vol de 50 minutes, compris avec le package que j’ai craqué, m’y emmène. J’hallucine. La vue depuis l’avion est à tomber par terre !

Une vue à peine croyable !

La journée sera rythmée par des “Wow” et des “Je n’en reviens pas” tellement Aitutaki est un petit bijou paradisiaque. A chaque stop, le “maître de cérémonie” comme j’avais tendance à l’appeler, nous racontait des petites anecdotes sur les îles Cook et en particulier sur Aitutaki. Nous nous sommes rendus sur une île qui a servi au tournage d’une édition de “Survivors”, le pendant américain de “Koh-Lanta” de juin à août 2006. Une saison très polémique car avant même sa diffusion, la manière de diviser les équipes avait fait scandale. La production avait décidé de créer des équipes en fonction des ethnicités.

-C’est ici qu’a eu lieu le tournage de la saison 13, raconte notre guide, 300 jobs ont été pourvus pour les locaux grâce à cette émission. Nous sommes très reconnaissants de ce qu’ils ont fait pour nous. Cela nous a attiré aussi beaucoup de touristes et a contribué à faire d’Aitutaki une destination paradisiaque et réputée

Comme quoi, les émission de télé-réalité, dans une moindre mesure, bien évidemment, contribuent à l’économie locale également. Cette expérience a permis aussi à ces personnes et travailleurs de l’ombre de valoriser leur CV grâce à une émission fort connue et de trouver d’autres opportunités d’emploi. Quand aux impacts négatifs, notre guide affirme ne pas en avoir constaté.

-Il s’agissait d’une émission de trois mois, tournée sur une île reculée dans l’archipel. Nos packages pour Aitutaki coûtent un certain prix donc nous savons que cela va limiter les visites, même s’il est possible de s’y rendre d’une autre manière

Le paradis sur terre ? On n’en est vraiment pas loin

Effectivement, tout coûte très cher sur Aitutaki et, finalement, je suis bien content d’avoir payé mon trip et de ne plus avoir rien à débourser. Je suis au paradis alors que dans quelques heures, je serai de retour en Nouvelle-Zélande, où les températures commencent diablement à diminuer. Je n’ai pas vraiment hâte, mais ce fut une belle parenthèse dans ce tour du monde.

read more:

Be the first to leave a comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*